REVUE DE PRESSE (du vendredi 12 avril 2019)

I ACTUALITES NATIONALES

POLITIQUE

« L’ACP » souligne à sa une : « le Chef de l’Etat en mission de travail le Week-end à Lubumbashi ». Le Président de la République, Félix-Antoine effectue le week-end, pour la première fois depuis son investiture en janvier 2019, une mission de travail à l’intérieur du pays et plus précisément à Lubumbashi. Il va présider la réunion du Conseil Supérieur de la Défense avec les officiers supérieurs des services de défense et de sécurité civils et militaires.

Pour sa part, « Le Phare » titre à sa une :’’Fatshi à Lubumbashi’’. Le quotidien informe que le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi est attendu ce vendredi à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga. A en croire des sources officielles, il devrait y présider une importante réunion du Conseil Supérieur de la Défense, en étroite relation avec l’insécurité ambiante dans cette ville ainsi que d’autres coins de la province.

« La Prospérité » titre à sa 4ème page :’’ Félix Tshisekedi attendu ce week-end à Lubumbashi’’. Le journal informe que le Président Félix Tshisekedi est attendu sauf changement à Lubumbashi, dans le cadre de la première étape de sa tournée prévue à travers les différentes provinces de la République.

Par ailleurs, dans un autre article, « L’ACP » renseigne à sa 5ème page : « le Président Félix Tshisekedi promet de s’attaquer à tout ce qui avilit les congolais ».Le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi a promis, dans une interview diffusé sur la radio internationale de « s’attaquer à tout ce qui avilit les citoyens congolais et contribue à affaiblir le développement de notre pays ». Au nombre des antivaleurs qu’il promet de « déboulonner », Félix Tshisekedi cite, entre autres, les brimades, la gabegie financière, l’impunité, la traque des opposants

« Fatshi veut des nouveaux magistrats » souligne « Le Maximum » à sa 6ème page. Le journal rapporte que dans un courrier signé par le Directeur de Cabinet Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi demande au président de la Cour constitutionnelle et président du Conseil supérieur de la magistrature de convoquer urgemment le conseil tout au moins son bureau, afin de lui proposer, sur base de propositions du Président du Conseil d’Etat : les noms desdits magistrats remplissant les critères de mise en retraite et ceux devant être transférés à la Cour de cassation, les noms des nouveaux magistrats à recruter sur pied de l’article 405 de la loi organique susmentionnée. Pour le journal, c’est une véritable bombe.

Dans une autre colonne à sa 3ème page, « L’Observateur » indique « CACH et FCC : plus de vaines polémiques ». Le quotidien note que l’élection des sénateurs qui s’est tenue dernièrement a vu le regroupement FCC remporter largement la palme avec plus de 90% de sièges. Ce scrutin avait provoqué une levée de boucliers dans le rang du regroupement CACH. ET le journal de se poser la question de savoir ; pourquoi provoquer une polémique devant une évidence. Ils ont accepté de marcher ensemble pour bâtir un Congo émergent. D’où, ils ont l’obligation des résultats.

« Le Phare » annonce à sa manchette :’’Elections des gouverneurs en RDC : une grande déception pour CACH’’. Le journal informe que les élections des gouverneurs en RDC, à l’issue desquelles le parti au pouvoir n’a remporté qu’une seule province, ont suscité une déception dans les rangs du Président Félix Tshisekedi. Peter Kazadi, porte-parole de la coalition de Cap pour le changement (CACH) l’a affirmé mercredi 10 avril à Radio Okapi.

« Le Maximum » titre à sa une : « Boulons resserrés ». le journal note qu’il n’y a pas de surprise notable à l’issue des élections des gouverneurs et vice-gouverneurs de provinces organisées dans 22 de 26 provinces de la RD Congo mercredi 10 avril 2019. Le front Commun pour le Congo (FCC), la méga plateforme de l’ancien président de la République, a raflé plus de la majorité des postes en compétition, soit 16 sur 22. Contre seulement un poste échu à la coalition CACH dans la province du Kasaï-Oriental, et un autre poste revenu à la coalition Lamuka dans la province de la Mongala.

‘’G. Kyungu dénonce la corruption : c’est la première fois dans ma vie politique de vivre ce que j’ai vécu aujourd’hui’’ rapporte « Le Phare » à sa 4ème page. Après l’élection du gouverneur de la province du Haut-Katanga ce mercredi 10 avril 2019, le coordonnateur de l’Ensemble/Grand Katanga est monté au créneau pour dénoncer la corruption. Selon Gabriel Kyungu, ce qui s’est passé est tout simplement honteux, d’autant plus que les députés provinciaux doivent rendre des comptes à leurs maîtres et non à la population. « Chacun prend soin de se faire accompagner d’un témoin, le témoin de ce qu’il va faire. J’ai honte, c’est ça la corruption ».

De son côté, « La Tempête des Tropiques » annonce à sa 4ème page :’’ Election du gouverneur dans le Haut-Katanga : Kyungu wa Kumwanza dénonce la corruption’’. Le journal signale qu’après l’élection mercredi 10 Avril de Jacques Kyabula (Pprd) à la tête de la Province du Haut-Katanga, l’honorable Kyungu wa Kumwanza, au cours d’un point de presse, qualifie de corruption, le fait qu’un député se fasse accompagner d’un témoin pendant le vote. Pour Kyungu wa Kumwanza, ce sont les gens qui ont le mandat de procuration, ils ne doivent rien à leur peuple, mais ils doivent quelque à leur maitre.

« La Tempête des Tropiques » titre à sa une :’’le massacre de Yumbi va rattraper Gentiny Ngobila ‘’. Le journal rapelle que des massacres avaient eu lieu, le 16 et 17 décembre 2018, dans le territoire de Yumbi, dans la province de Mai-ndombe alors que Gentiny Ngobila en était le gouverneur. Et le 23 février dernier, une plainte a été déposée auprès de l’auditeur général des FARDC contre M. Gentiny Ngobila et consort par des rescapés de l’ethnie Banunu. Ces personnes accusent Ngobila, d’ethnie tende, d’avoir préparé ces massacres avec le concours de la population tende sur le terrain. Ainsi donc, Gentiny Ngobila, qui n’a pas encore pris officiellement ses fonctions de gouverneur élu de la ville –province de Kinshasa, risque de voir son avenir politique assombri par une action en justice initiée contre lui.

‘’Gentiny Ngobila, un Gouverneur pour la continuité’’ note « La Prospérité » à sa 6ème page. Le tabloïd indique qu’après 12 années passées à la tête de l’Hôtel de ville de Kinshasa, ce dernier ne pourra plus siéger comme Gouverneur aussitôt puisque la donne vient de changer depuis le mercredi 10 avril à la suite des joutes électorales des gouverneurs à l’issue desquelles le duo Gentiny Ngobila-Neron Mbungu ont été élus gouverneur et vice-gouverneur.

« La Prospérité » note à sa une :’’ Convoquez les sages de nation’’. Le quotidien indique que Crispin Nlandalibanda du CALCC, a dans une adresse , demandé au Chef de l’Etat M. Félix Tshisekedi de prendre le courage politique de convoquer les sages de la Nation pour traiter cette question de la repentance, du pardon et de la réconciliation nationale dans la justice et la vérité. Car, c’est la voie que Dieu indique pour sortir notre pays de la crise comme il en a parlé dans son discours d’investiture.

« L’Observateur » martèle à sa une : « le temps du calme ». Le quotidien rapporte que le microcosme politique congolais a subi dernièrement une bourrasque qui a failli se transformer en véritable tornade du genre de celles qui ravagent saisonnièrement certaines parties de notre planète en ces temps de changement climatique. Le vent violent, dont il est principalement question ici, a eu pour origine les propos tenus par le Président de la République à Washington, au sujet de la « dictature qu’il faudrait déboulonner.

Revenant à ce sujet, « La Tempête des Tropiques » écrit à sa 10ème page :’’La direction du FCC jette son dévolu sur une femme ‘’.Le journal révèle que Jeannine Mabunda Lioko est désignée par le parti Pprd et la plateforme FCC comme candidate à la présidence du bureau définitif de l’Assemblée nationale. En cas de victoire, elle sera la première femme à diriger cette grande institution depuis que le pays est entré dans le cycle des élections démocratiques en 2006 .Elle pourrait devenir la quatrième présidente du bureau définitif de la chambre basse depuis 2006, après Vital Kamerhe, Evariste Boshab et Aubin Minaku.

Election des gouverneurs :’’aucune femme élue ’’ renseigne « La Tempête des Tropiques » à sa 10ème page. Le journal indique que selon les résultats publiés par la CENI, mercredi 10 Avril, à l’issue de l’élection des gouverneurs et vice gouverneurs des 18 Provinces, la victoire revient seulement aux hommes. Aucune femme candidate à l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs n’a été élue à la tête d’une province en RDC. Et pourtant, certaines d’entre elles pouvaient également assumer la fonction de gouverneur au regard de leur parcours politique.

« Le Phare » renseigne à sa 3ème page :’’Mobutu, Compaoré, Ben Ali, Moubarak, Jammeh, Mugabe, Bouteflika, Béchir : tous les mêmes !’’ Après Mobutu Sese Seko, Compaoré, Ben Ali, Moubarak, Jammeh, Mugabe, Bouteflika, Béchir, un énième dictateur, qui rêvait d’une présidence à vie, à l’image de ses tristement célèbres prédécesseurs, vient de quitter la scène par la petite porte. Omar El Béchir, maître du Soudan pendant plusieurs décennies, a été contraint de débarrasser le palier hier jeudi 11 avril 2019, sous la pression de la base, pour reprendre une expression en vogue dans le microcosme politique congolais.

« La société « Pain Victoire » a appelée à sursoir l’augmentation du prix des pains à Kinshasa » signale « L’ACP » à sa 10ème page. Le secrétaire général à l’Economie nationale, Célestin Twite, a demandé à la société générale des pains à sursoir l’augmentation de prix des pains à Kinshasa.

« Le Phare » signale :’’Les braqueurs de Super-marché Kin-Mart reconnaissent leur forfait’’. Du coffre-fort plein d’argent qu’ils avaient volé et réussi à déverrouiller, que reste-t-il encore entre leurs mains cinq ans plus tard ? Telle est la question qui triture les méninges des enquêteurs du Groupe de lutte contre la criminalité et les stupéfiants, chargés d’interroger trois redoutables brigands, présentement écroués aux cachots du Commissariat provincial de la police ville de Kinshasa. Ces bandits en chair et en os, reconnaissent être les vrais auteurs du hold up survenu tard dans la nuit en 2014, au Super marché Kin-Mart.
II.ACTUALITES INTERNATIONALES
Algérie
« Le Phare » écrit à sa page internationale :’’Vers un boycott de l’élection présidentielle du 4 juillet ?’’ L’application de l’article 102 de la Constitution se poursuit. Après sa désignation à la tête de l’Etat pour assurer l’intérim du Président Bouteflika, Abdel-kader Bensalah a annoncé la tenue d’une élection présidentielle le 4 juillet, respectant le délai de trois mois prévu par la loi fondamentale.

« Vers un boycott de l’élection présidentielle du 4 juillet ? » indique « L’Observateur » à sa 11ème page. La date du 4 juillet annoncée par le chef de l’Etat algérien par intérim pour la tenue de l’élection présidentielle a suscité plusieurs réactions au sein de la classe politique. Elle n’a pas été du goût de l’opposition, où étaient déjà nombreux ceux qui réclament la démission d’Abdelkader Bensalah et une transition conduite par la société civile.
Soudan
« L’Observateur » informe à sa 9ème page : « Omar el-Béchir destitué par l’armée ». Le journal constate que c’est terminé. Après près de quatre mois d’un mouvement populaire, Omar el-Béchir a été destitué par l’armée. Le vice-président Ibn Awf a annoncé sa destitution et la mise en place d’un Conseil de transition tenu par les militaires.

« Omar el-Béchir jette l’éponge » écrit « L’ACP » à sa page internationale. Le chef de l’Etat soudanais, Omar el-Béchir a annoncé sa démission, après la grande mobilisation populaire qui a secoué le Soudan depuis près de 100 jours. D’après des sources gouvernementales, des consultations sont au cours pour mettre en place un conseil de transition pour diriger le pays.
Etats-Unis
‘’Julian Assange arrêté à Londres et réclamé par les Etats-Unis’’ note « Le Phare » à sa page internationale. Le fondateur de Wikileaks Julian Assange a été reconnu coupable jeudi par la justice britannique d’avoir violé les conditions de sa liberté provisoire, quelques heures après son arrestation de force par la police à l’ambassade de l’Equateur à Londres, où il était réfugié depuis sept ans.

 

SERVICE DE LA COMMUNICATION ET PRESSE

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *