Entreprise au service du développement économique, de la protection des consommateurs et de l’environnement en République Démocratique du Congo, la création de l’Office Congolais de Contrôle, est l’aboutissement de soixante ans d’expérience, dont le point de départ se situe en 1949, au moment où l’État congolais instaure un programme de vérification des marchandises avant embarquement.

Soixante ans d’expérience

L’Office Congolais de Contrôle est né de la dissolution de la Société Générale de Surveillance, SGS en sigle, à la suite des mesures de zaïrianisation du 30 novembre 1973.

La création de l’Office Congolais de Contrôle (OCC), est l’aboutissement de soixante ans d’expérience, dont le point de départ se situe en 1949, au moment où l’État congolais instaure un programme de vérification des marchandises avant embarquement.

Un organisme national d’inspection, de normalisation et de certification de la qualité, est alors créé, pour remplir cette mission, et accompagner le développement des échanges des biens et services avec les pays étrangers.

Dès sa création, le 30 septembre 1973 suite à des mesures économiques, l’Office Congolais de Contrôle a été considéré comme une institution assumant certaines compétences officielles pour le bien être de consommateurs congolais et la fonction est devenue un métier ou une carrière. Aujourd’hui, l’OCC jouissant du monopôle en la matière est devenu un leader sur son marché.

L’OCC est une entreprise au service du développement économique, de la protection des consommateurs et de l’environnement en République Démocratique du Congo

Ses équipes ont comme objectif permanent, la qualité, la compétitivité et la sécurité pour leur clientèle institutionnelle, d’entreprise ou individuelle.

1949 -1963
Aux origines – La Société congolaise de surveillance

Jusqu’en juin 1949, les contrôles à l’importation avant embarquement et le contrôle à l’exportation n’avaient pas un caractère obligatoire en République Démocratique du Congo. Ils étaient assurés, le cas échéant, par des contrats libres ou de gré à gré, signés entre les opérateurs économiques congolais et une société suisse, la Société Générale de Surveillance (SGS).

La SGS fut fondé en 1919, son siège social est établi à Genève en Suisse et sa filiale fut implantée au Congo-Belge dès le mois de juin 1949 sous l’appellation de la Société Congolaise de Surveillance (SCS).

A la suite de décisions dans le champ des réglementations bancaire, les attributions de la Société Congolaise de Surveillance seront étendues à d’autres activités – contrôles techniques, exploitation de silos et exportations – à partir de 1963 et 1964.

1965 à 1973
Des compétences étendues- La Société Zaïroise de Surveillance

En 1965, le gouvernement congolais entre dans le capital de la Société congolaise de surveillance, qui change ainsi de statut et devient une entreprise d’économie mixte.

Six ans plus tard, en 1971, la Société congolaise de surveillance change d’appellation et devient Société zaïroise de surveillance, SZS, à la suite du changement de nom de la République démocratique du Congo en République du Zaïre, le 27 octobre 1971.

En janvier 1973, son champ d’activité est étendu aux contrôles de la qualité, de la quantité, du prix des produits importés et exportés, avant et après embarquement, contrôles devenus obligatoires par la loi n°73-009 du 5 janvier 1973 particulière sur le commerce.

La Société Zaïroise de Surveillance accomplira ce mandat jusqu’à sa dissolution le 30 novembre 1973.

1974-199
L’intégration institutionnelle – L’Office Zaïrois de Contrôle

La loi n°74 du 10 janvier 1974 crée une institution nationale de droit public dotée d’une personnalité morale, l’Office zaïrois de contrôle (OZAC), à qui est assignée la mission de soutenir la stratégie d’assurance de la qualité, des biens, services et produits, en reprenant les prérogatives de la SZS.

Depuis 1997
L’Office Congolais de Contrôle est leader sur son marché

En mai 1997, l’Office zaïrois de contrôle change de nom, et devient l’Office congolais contrôle, OCC.

Désormais mandataire de l’État, sous la tutelle du Ministère du commerce extérieur, l’Office reprend l’ensemble des activités de contrôle de l’OZAC et va créer son Commissariat d’Avaries.

Les attributions de l’OCC seront progressivement étendues sur toute l’étendue de la république, au contrôle du prix et de la conformité ainsi qu’à celui de la production nationale, afin de garantir les standards nationaux de qualité, accompagnant ainsi la compétitivité économique de la République Démocratique du Congo

Héritière de soixante ans d’expérience, l’OCC est aujourd’hui, une entreprise de 3422 collaborateurs, leader sur son marché.

Inspection, Tests & Analyses, Métrologie & Contrôle Technique, Certification, Commissariat d’Avaries et Management de la Qualité constituent aujourd’hui nos métiers.